De plus en plus exténué - Erik McNicholl
Erik McNicholl

Joueur de poker, je parcours la planète pour jouer dans les plus grands tournois de poker au monde. Je n'ai pas encore réussi à gagner le plus gros montant accordé à ce jour, mais j'y travaille. J'aimerais vous raconter ici toutes les aventures que je vis partout dans le monde. Les cultures différentes auxquelles je dois m'adapter, les personnes merveilleuses que je croise et celles avec qui je partage mon quotidien. J'espère que tous mes billets sauront vous divertir autant que j'aurai du plaisir à les écrire.

De plus en plus exténué

De plus en plus exténué - Erik McNicholl

Avec mon grand ami Jacques, nous avons décidé que nous partirions entre amis pendant le mois de juin. Nous avons prévenu John et Lydie, Alexandre et Mariette, Marthe et Roger. Prendre une maison en location, près d’une rivière, pour que nous puissions pêcher, nous avait semblé une idée que tous apprécieraient. En effet, tous les retours furent positifs. Par chance, les dates proposées convenaient à tous les participants. Dans les relations professionnelles de Vincent, à qui nous avons aussi envoyé cette invitation, un ami de son patron avait un chalet qu’il mettait en location à ce moment de l’année. Cette occasion était parfaite, et nous l’avons saisie. Les photographies montraient trois bâtiments distincts, dans lesquels nous pouvions nous répartir pour nous loger. Un jardin, une rivière, une terrasse pourvue d’une table assez grande pour que nous puissions tous tenir dessus, le cadre était idéal pour que nous passions un bon moment entre amis.

J’avais un rendez-vous pour vérifier les avancées des travaux d’une entreprise de maçonnerie Montréal, je devais organiser mon départ et j’avais aussi une session avec un entraîneur sportif, que j’avais prévue depuis trois mois, et que je ne pouvais pas décaler. Elle se déroula la veille de notre départ, jusque tard dans la soirée. J’avais planifié cette journée à la minute près, tant j’avais de tâches à faire. Quand j’ai posé ma tête sur mon oreiller, je suis tombé dans un sommeil profond jusqu’à l’heure de mon réveil. J’étais dans un état de fatigue incroyable quand je me suis levé, avec une impression de ne pas avoir dormi plus d’une heure d’affilée. Après une douche chaude et un copieux déjeuner, ma fatigue s’est envolée comme par magie. J’ai conduit pendant trois heures, puis nous nous sommes arrêtés.

Érika voulait boire un café. J’ai profité de ce moment de pause pour appeler Vincent. Il nous avait devancés d’une journée, et je voulais l’informer de notre arrivée dans moins de deux heures. Je ne l’ai pas eu, j’ai laissé un message sur son répondeur téléphonique. J’espérais qu’il serait présent pour nous accueillir, car il était le seul à avoir les clés de la maison. Érika a tenté une seconde fois de le joindre, mais sans succès. Je suis vite angoissé et cette situation commençait à me stresser. Environ vingt minutes avant que nous soyons devant la porte, nous avons eu un message écrit, de notre ami, pour nous prévenir de sa présence dans les lieux.