La première fois que j’ai patiné - Erik McNicholl
Erik McNicholl

Joueur de poker, je parcours la planète pour jouer dans les plus grands tournois de poker au monde. Je n'ai pas encore réussi à gagner le plus gros montant accordé à ce jour, mais j'y travaille. J'aimerais vous raconter ici toutes les aventures que je vis partout dans le monde. Les cultures différentes auxquelles je dois m'adapter, les personnes merveilleuses que je croise et celles avec qui je partage mon quotidien. J'espère que tous mes billets sauront vous divertir autant que j'aurai du plaisir à les écrire.

La première fois que j’ai patiné

La première fois que j’ai patiné - Erik McNicholl

Dans ma jeunesse, mes frères et sœurs étaient tous inscrits dans le club de patinage sur glace. J’étais le seul membre de la famille à n’avoir jamais pratiqué ce sport. La raison ? J’avais peur. Nous nous étions rendus chez une réception organisée par notre tante à Montréal. Je voulais m’initier alors au patinage sur glace. Mais au moment de commencer, je voyais une petite fille qui venait de se fouler la cheville. Cela suffisait pour me décourager. Mais quelques années plus tard, le destin va me faire revenir dans une salle de patinage. Et quand le destin s’en mêle, l’ordre des choses s’en trouve toujours chamboulé.

Comment l’aimant du destin m’a ramené vers le patinage sur glace

Je n’habite plus à Montréal depuis que j’ai terminé mes études. J’avais suivi des stages pendant trois mois dans une entreprise reconnue à Vancouver. Il se murmurait dans les couloirs de la société que les stagiaires les plus performants étaient presque systématiquement embauchés. J’ai fait partie de ceux-là parce que je n’avais pas économisé d’énergie. Mes sentiments pour une de mes collègues auraient pourtant pu me déconcentrer. Nous étions tellement proches, mais à la fin, je me rendais compte que nous avions des personnalités différentes, trop éloignées même. Mais je n’allais pas tarder à rencontrer celle qui est devenue aujourd’hui mon épouse et la mère de mes enfants. Et devinez où je l’ai retrouvé la plupart du temps ? À l’aréna ! C’est pour vous dire que le destin nous joue parfois des tours.

Le patinage sur glace aura écrit quelques pages de mon histoire

J’étais allé dans cet aréna juste pour accompagner cette collègue dont j’étais secrètement amoureux. Mais ce jour-là, j’ai aussi rencontré une jeune femme qui travaillait comme coach dans le club. Toute souriante, elle m’invitait à essayer. C’était au fond pour passer du temps avec elle que j’avais accepté, que j’avais en même temps surmonté ma peur bleue de glisser. J’y étais donc revenu le weekend pour m’entraîner. Et c’était tout sauf une partie de plaisir. J’arrivais à peine à garder mon équilibre. Parfois, je serrais trop fort la main du coach, par peur de tomber. Mais après, une demi-heure suffisent pour que mes mouvements soient plus fluides et j’étais rapidement plus à l’aise. Le weekend suivant, je ne la trouvais pas dans le club. Elle avait reçu une réponse positive d’un institut spécialisé en médecine esthétique où elle avait postulé. J’ai alors remué ciel et terre pour la retrouver et obtenir un premier rendez-vous…